Votre panier

Votre panier est vide.

En kiosque


PETITS RITUELS
Grande confiance 

COUPLE

Pourquoi chercher
le bonheur ailleurs?

TÉMOIGNAGE

La nuit noire de l'âme

MA VIE
Mon chemin sacré


Événements

Accueil > Nouvelles > Fin de la récréation

Fin de la récréation

2012-06-30

Fin de la récréation

Cette semaine sur Twitter plus de 100 000 personnes ont manifesté leur opposition à ce que plusieurs qualifient (dont l'Agence internationale de l'énergie) du plus grand frein à la lutte aux changements climatiques. Parmi ces 100 000 personnes, il y avait la Commissaire européenne sur les changements climatiques, Robert Redford, Mia Farrow, etc.

L'ONU, ici à Rio, a même parlé d'une « tempête » sur la Twittosphère! Plusieurs affirment que si l'on agit sur cette question, nous pourrions améliorer les conditions de vie de millions, voir quelques milliards de personnes vivant dans le Sud. Nous pourrions lancer avec des moyens inégalés la révolution pour des transports durables et des énergies vertes et permettre aux pays du Sud de se développer sans reproduire notre modèle de développement.

Mais de quoi s'agit-il? Quelle est cette fameuse mesure que nous pourrions prendre et qui aurait tant d'impacts?

C'est simple, il suffit de cesser de subventionner les pétrolières!

Vous savez à quelle hauteur nous subventionnons encore ces compagnies chaque année à travers le monde? Réponse: de 750 à 1000 milliards de dollars (1000 milliards ça s'appelle un billion, pour ceux et celles qui se posaient, comme moi, la question).

La semaine dernière, les pays en voie de développement ont affirmé qu'il leur faudrait 30 milliards $ afin de mettre en uvre un plan vers l'économie verte. Vous savez ce que des pays comme le Canada ont répondu? « Nous n'avons pas d'argent »! Si on prend l'estimé conservateur de 750 milliards, c'est 4 % de ce total qu'il faudrait donner aux pays en voie de développement.

Pendant ce temps, vous savez à combien s'élèvent les profits de la compagnie Exxon (Esso ou Imperial Oil au Canada)? Ils font littéralement 5 millions $ de profits par jour. Je ne parle pas de revenus, je parle de ce qui reste dans leurs poches une fois que tout est payé. Donc, on est prêt à financer les profits des pétrolières, mais nous ne sommes pas prêts à permettre aux pays les plus pauvres d'améliorer leur sort.

Le pire dans tout cela est que les pays du G20, dont le Canada et les États-Unis, se sont engagés en 2009 à Pittsburgh à éliminer les subventions aux combustibles fossiles.â¨Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je crois que l'heure de la récréation a sonné. Il me semble que Rio est l'endroit tout désigné pour mettre en uvre cette promesse!

Source : Équiterre - Steven Guilbeault

Plus de nouvelles