En kiosque

LA CLÉ?
LA PRÉSENCE!
avec Dr Joe Dispenza

SANTÉ

Quand la gorge picote...
Agissez sans tartder!

MIJOTEUSE ET SANTÉ

Le mariage parfait!

Nouvelles

Accueil > Accueil > ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL

Imaginez que vous vous retrouviez tout à coup dans une pièce où il fait plus noir que noir, tellement noir que vous ne puissiez vous situer, ni même savoir de quoi vous êtes entouré. Que feriez-vous?


Privé du sens de la vue, l'ouïe et le toucher deviendraient illico vos planches de salut et c'est à tâtons que vous seriez forcé d'exister, handicapé par l'absence de complicité de vos sens. Pas rigolo comme scénario

Vivre à tâton
Et pourtant, nombreux sommes-nous à tâtonner ainsi notre existence, incapables d'en découvrir le sens, heurtés par des évènements qui nous font trébucher, n'en comprenant ni la présence ni l'utilité; vivant dans la crainte du lendemain, appréhendant les revers du destin, sans pouvoir faire la lumière sur ce grand mystère qu'est celui de la vie. Toujours pas rigolo comme scénario


C'est quand même curieux que nous soyons si démunis face aux aléas de la vie, ignorant où le voyage nous conduit. Y aurait-il quelque chose qui nous ait échappé? La Vie aurait-elle avantagé ses préférés? Comment 100 millions de monarques, malgré leur fragilité, peuvent-ils migrer durant 4 000 km sans dériver, et le manchot empereur traverser 700 km pour retrouver ses bébés? Seraient-ils branchés sur une fréquence dont on ignore l'existence? Nous aurait-on gardés dans l'ignorance, certaines instances préférant nous voir ramper désemparés plutôt que debout et maîtres de nos destinées?

Faut le voir pour le croire
Si la religion s'est arrogé le pouvoir de tracer la frontière séparant le bien du mal, maintenant son troupeau prisonnier de la peur de brûler en enfer pour l'éternité, la science a imposé son autorité en matière de vérité, n'étant vrai que ce qui peut être scientifiquement prouvé. Et malheur à celui qui ose contester; de fou il est traité et au silence condamné.

Mais en observant de près notre société, force est de constater que la déroute a gagné les troupes et que ce à quoi nous avons été domestiqués ne nous permet pas d'exploiter nos capacités. À l'image de l'aigle élevé dans un poulailler, nous avons oublié que nous étions capables de voler.

Avant que le rideau ne tombe
Nous venons pourtant au monde bien équipés, munis de systèmes ultra sophistiqués que la science désespère à imiter, sans jamais s'en approcher. Alors, dites-moi, comment peut-on perdre le fil de son existence quand on est pourvus de six sens?

Bien que nous en ayons six à notre disposition, ce sont plutôt cinq sens que nous utilisons et c'est avec le monde extérieur que ces derniers nous gardent reliés. Mais quand rien ne va plus à l'extérieur, qu'on ne réussit plus à épeler le mot bonheur; quand on ne voit plus notre chemin, que notre vie ne goûte plus rien; quand on n'entend plus à rire, que plus rien ne nous touche, qu'on ne réussit plus à sentir les effluves de la vie..., au risque de passer pour fous on doit chercher ailleurs, et le seul ailleurs qu'il nous reste, c'est l'intérieur, un univers où le sixième sens – notre ressenti –navigue avec aisance.

Mais faut-il attendre que de noir notre vie se tapisse ou qu'au-dessus de notre tête le couvercle se fixe pour faire la lumière sur notre passage sur Terre? Et si la lumière s'allumait de l'intérieur et que notre ressenti en soit le commutateur? Et s'il suffisait de l'activer? Fini la noirceur!

Et la lumière fut!
Et si c'était vrai que l'enfer n'a jamais existé, que la science ne détient pas le monopole de la vérité  et que l'invisible est aussi réel que tout l'univers matériel; qu'aussitôt nés nous avons accès à une connexion haute vitesse illimitée, que nos cerveaux sont tous interreliés et qu'à distance nous pouvons communiquer pour nous entraider; qu'il existe une vie après la vie, que ceux que la mort a visités ont tous été émerveillés; que nous n'avons jamais été abandonnés et que nous sommes tous divinement protégés!

Et si c'était vrai, c'est passer de pourquoi? à pourquoi pas!, de l'impossible à tout est possible!, de la noirceur à la lumière, cette lumière qui sera toujours là pour guider nos pas. Vraiment plus rigolo comme scénario!


Lucie Douville, éditrice

Plus de nouvelles

«  Un véritable ami est celui qui se rapproche quand le reste du monde s'éloigne. »

Anonyme

Événements

 

  • Vidéothèque
  • Audiothèque

Accueil > Accueil > ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL

Imaginez que vous vous retrouviez tout à coup dans une pièce où il fait plus noir que noir, tellement noir que vous ne puissiez vous situer, ni même savoir de quoi vous êtes entouré. Que feriez-vous?


Privé du sens de la vue, l'ouïe et le toucher deviendraient illico vos planches de salut et c'est à tâtons que vous seriez forcé d'exister, handicapé par l'absence de complicité de vos sens. Pas rigolo comme scénario

Vivre à tâton
Et pourtant, nombreux sommes-nous à tâtonner ainsi notre existence, incapables d'en découvrir le sens, heurtés par des évènements qui nous font trébucher, n'en comprenant ni la présence ni l'utilité; vivant dans la crainte du lendemain, appréhendant les revers du destin, sans pouvoir faire la lumière sur ce grand mystère qu'est celui de la vie. Toujours pas rigolo comme scénario


C'est quand même curieux que nous soyons si démunis face aux aléas de la vie, ignorant où le voyage nous conduit. Y aurait-il quelque chose qui nous ait échappé? La Vie aurait-elle avantagé ses préférés? Comment 100 millions de monarques, malgré leur fragilité, peuvent-ils migrer durant 4 000 km sans dériver, et le manchot empereur traverser 700 km pour retrouver ses bébés? Seraient-ils branchés sur une fréquence dont on ignore l'existence? Nous aurait-on gardés dans l'ignorance, certaines instances préférant nous voir ramper désemparés plutôt que debout et maîtres de nos destinées?

Faut le voir pour le croire
Si la religion s'est arrogé le pouvoir de tracer la frontière séparant le bien du mal, maintenant son troupeau prisonnier de la peur de brûler en enfer pour l'éternité, la science a imposé son autorité en matière de vérité, n'étant vrai que ce qui peut être scientifiquement prouvé. Et malheur à celui qui ose contester; de fou il est traité et au silence condamné.

Mais en observant de près notre société, force est de constater que la déroute a gagné les troupes et que ce à quoi nous avons été domestiqués ne nous permet pas d'exploiter nos capacités. À l'image de l'aigle élevé dans un poulailler, nous avons oublié que nous étions capables de voler.

Avant que le rideau ne tombe
Nous venons pourtant au monde bien équipés, munis de systèmes ultra sophistiqués que la science désespère à imiter, sans jamais s'en approcher. Alors, dites-moi, comment peut-on perdre le fil de son existence quand on est pourvus de six sens?

Bien que nous en ayons six à notre disposition, ce sont plutôt cinq sens que nous utilisons et c'est avec le monde extérieur que ces derniers nous gardent reliés. Mais quand rien ne va plus à l'extérieur, qu'on ne réussit plus à épeler le mot bonheur; quand on ne voit plus notre chemin, que notre vie ne goûte plus rien; quand on n'entend plus à rire, que plus rien ne nous touche, qu'on ne réussit plus à sentir les effluves de la vie..., au risque de passer pour fous on doit chercher ailleurs, et le seul ailleurs qu'il nous reste, c'est l'intérieur, un univers où le sixième sens – notre ressenti –navigue avec aisance.

Mais faut-il attendre que de noir notre vie se tapisse ou qu'au-dessus de notre tête le couvercle se fixe pour faire la lumière sur notre passage sur Terre? Et si la lumière s'allumait de l'intérieur et que notre ressenti en soit le commutateur? Et s'il suffisait de l'activer? Fini la noirceur!

Et la lumière fut!
Et si c'était vrai que l'enfer n'a jamais existé, que la science ne détient pas le monopole de la vérité  et que l'invisible est aussi réel que tout l'univers matériel; qu'aussitôt nés nous avons accès à une connexion haute vitesse illimitée, que nos cerveaux sont tous interreliés et qu'à distance nous pouvons communiquer pour nous entraider; qu'il existe une vie après la vie, que ceux que la mort a visités ont tous été émerveillés; que nous n'avons jamais été abandonnés et que nous sommes tous divinement protégés!

Et si c'était vrai, c'est passer de pourquoi? à pourquoi pas!, de l'impossible à tout est possible!, de la noirceur à la lumière, cette lumière qui sera toujours là pour guider nos pas. Vraiment plus rigolo comme scénario!


Lucie Douville, éditrice

Plus de capsules vidéo

Accueil > Accueil > ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL - Que la lumière soit!

ÉDITORIAL

Imaginez que vous vous retrouviez tout à coup dans une pièce où il fait plus noir que noir, tellement noir que vous ne puissiez vous situer, ni même savoir de quoi vous êtes entouré. Que feriez-vous?


Privé du sens de la vue, l'ouïe et le toucher deviendraient illico vos planches de salut et c'est à tâtons que vous seriez forcé d'exister, handicapé par l'absence de complicité de vos sens. Pas rigolo comme scénario

Vivre à tâton
Et pourtant, nombreux sommes-nous à tâtonner ainsi notre existence, incapables d'en découvrir le sens, heurtés par des évènements qui nous font trébucher, n'en comprenant ni la présence ni l'utilité; vivant dans la crainte du lendemain, appréhendant les revers du destin, sans pouvoir faire la lumière sur ce grand mystère qu'est celui de la vie. Toujours pas rigolo comme scénario


C'est quand même curieux que nous soyons si démunis face aux aléas de la vie, ignorant où le voyage nous conduit. Y aurait-il quelque chose qui nous ait échappé? La Vie aurait-elle avantagé ses préférés? Comment 100 millions de monarques, malgré leur fragilité, peuvent-ils migrer durant 4 000 km sans dériver, et le manchot empereur traverser 700 km pour retrouver ses bébés? Seraient-ils branchés sur une fréquence dont on ignore l'existence? Nous aurait-on gardés dans l'ignorance, certaines instances préférant nous voir ramper désemparés plutôt que debout et maîtres de nos destinées?

Faut le voir pour le croire
Si la religion s'est arrogé le pouvoir de tracer la frontière séparant le bien du mal, maintenant son troupeau prisonnier de la peur de brûler en enfer pour l'éternité, la science a imposé son autorité en matière de vérité, n'étant vrai que ce qui peut être scientifiquement prouvé. Et malheur à celui qui ose contester; de fou il est traité et au silence condamné.

Mais en observant de près notre société, force est de constater que la déroute a gagné les troupes et que ce à quoi nous avons été domestiqués ne nous permet pas d'exploiter nos capacités. À l'image de l'aigle élevé dans un poulailler, nous avons oublié que nous étions capables de voler.

Avant que le rideau ne tombe
Nous venons pourtant au monde bien équipés, munis de systèmes ultra sophistiqués que la science désespère à imiter, sans jamais s'en approcher. Alors, dites-moi, comment peut-on perdre le fil de son existence quand on est pourvus de six sens?

Bien que nous en ayons six à notre disposition, ce sont plutôt cinq sens que nous utilisons et c'est avec le monde extérieur que ces derniers nous gardent reliés. Mais quand rien ne va plus à l'extérieur, qu'on ne réussit plus à épeler le mot bonheur; quand on ne voit plus notre chemin, que notre vie ne goûte plus rien; quand on n'entend plus à rire, que plus rien ne nous touche, qu'on ne réussit plus à sentir les effluves de la vie..., au risque de passer pour fous on doit chercher ailleurs, et le seul ailleurs qu'il nous reste, c'est l'intérieur, un univers où le sixième sens – notre ressenti –navigue avec aisance.

Mais faut-il attendre que de noir notre vie se tapisse ou qu'au-dessus de notre tête le couvercle se fixe pour faire la lumière sur notre passage sur Terre? Et si la lumière s'allumait de l'intérieur et que notre ressenti en soit le commutateur? Et s'il suffisait de l'activer? Fini la noirceur!

Et la lumière fut!
Et si c'était vrai que l'enfer n'a jamais existé, que la science ne détient pas le monopole de la vérité  et que l'invisible est aussi réel que tout l'univers matériel; qu'aussitôt nés nous avons accès à une connexion haute vitesse illimitée, que nos cerveaux sont tous interreliés et qu'à distance nous pouvons communiquer pour nous entraider; qu'il existe une vie après la vie, que ceux que la mort a visités ont tous été émerveillés; que nous n'avons jamais été abandonnés et que nous sommes tous divinement protégés!

Et si c'était vrai, c'est passer de pourquoi? à pourquoi pas!, de l'impossible à tout est possible!, de la noirceur à la lumière, cette lumière qui sera toujours là pour guider nos pas. Vraiment plus rigolo comme scénario!


Lucie Douville, éditrice

Plus de capsules audio

Sondage

Librairie

Pratique de la voie toltèque

Auteur : Don Miguel Ruiz, avec la collaboration de Janet Mills

Pratique de la voie toltèque

Toute la librairie