En kiosque

LA CLÉ?
LA PRÉSENCE!
avec Dr Joe Dispenza

SANTÉ

Quand la gorge picote...
Agissez sans tartder!

MIJOTEUSE ET SANTÉ

Le mariage parfait!

Nouvelles

Accueil > Accueil > VIVRE EN FAMILLE : Le deuil n'a pas d'âge

VIVRE EN FAMILLE : Le deuil n'a pas d'âge

VIVRE EN FAMILLE :  Le deuil n'a pas d'âge

« Un enfant peut-il faire un deuil? » Voici une question délicate qui se pose souvent. Le deuil, tant pour l'adulte, le jeune, que l'enfant est un long processus qui requiert réflexion, travail et compréhension du concept mystérieux qu'est la mort.

Par Josée Masson, Travailleuse sociale et fondatrice de Deuil-Jeunesse

Il est clair que l'enfant aura un long chemin à parcourir avant d'y arriver. Mais ce long processus n'est pas signe de détresse continue. Au contraire, l'enfant fera l'expérimentation de ses forces et saura le démontrer. 

À chacun son deuil
Plus l'enfant est jeune au moment de la perte, plus il risque de traverser les étapes nécessaires à son processus de deuil; étapes déterminées par son développement cognitif. Ne comprenant pas la mort, le bébé sent l'absence, le stress. Le jeune enfant s'ennuie, se sent abandonné. Vers 9 ou 10 ans, l'enfant se questionne énormément et finit par se rendre compte que la personne aimée ne reviendra plus. Le préadolescent réalise les impacts de cette perte dans sa vie, tout en oscillant entre le monde des petits et celui des grands. L'adolescent, pour sa part, vit son deuil à travers toute la gamme des émotions qui caractérisent cette étape de son développement. Donc, selon son âge, l'enfant va évoluer et aura différentes réactions reliées au deuil.

Dans les moments qui semblent plus difficiles, il a surtout besoin d'information, de soutien et de présence.

Plus de nouvelles

«  La liberté n'est par l'absence d'engagement, mais la capacité de choisir. »

Paolo Coelho

Événements

 

  • Vidéothèque
  • Audiothèque

Accueil > Accueil > VIVRE EN FAMILLE : Le deuil n'a pas d'âge

VIVRE EN FAMILLE : Le deuil n'a pas d'âge

VIVRE EN FAMILLE :  Le deuil n'a pas d'âge

« Un enfant peut-il faire un deuil? » Voici une question délicate qui se pose souvent. Le deuil, tant pour l'adulte, le jeune, que l'enfant est un long processus qui requiert réflexion, travail et compréhension du concept mystérieux qu'est la mort.

Par Josée Masson, Travailleuse sociale et fondatrice de Deuil-Jeunesse

Il est clair que l'enfant aura un long chemin à parcourir avant d'y arriver. Mais ce long processus n'est pas signe de détresse continue. Au contraire, l'enfant fera l'expérimentation de ses forces et saura le démontrer. 

À chacun son deuil
Plus l'enfant est jeune au moment de la perte, plus il risque de traverser les étapes nécessaires à son processus de deuil; étapes déterminées par son développement cognitif. Ne comprenant pas la mort, le bébé sent l'absence, le stress. Le jeune enfant s'ennuie, se sent abandonné. Vers 9 ou 10 ans, l'enfant se questionne énormément et finit par se rendre compte que la personne aimée ne reviendra plus. Le préadolescent réalise les impacts de cette perte dans sa vie, tout en oscillant entre le monde des petits et celui des grands. L'adolescent, pour sa part, vit son deuil à travers toute la gamme des émotions qui caractérisent cette étape de son développement. Donc, selon son âge, l'enfant va évoluer et aura différentes réactions reliées au deuil.

Dans les moments qui semblent plus difficiles, il a surtout besoin d'information, de soutien et de présence.

Plus de capsules vidéo

Accueil > Accueil > VIVRE EN FAMILLE : Le deuil n'a pas d'âge

VIVRE EN FAMILLE : Le deuil n'a pas d'âge

VIVRE EN FAMILLE :  Le deuil n'a pas d'âge

« Un enfant peut-il faire un deuil? » Voici une question délicate qui se pose souvent. Le deuil, tant pour l'adulte, le jeune, que l'enfant est un long processus qui requiert réflexion, travail et compréhension du concept mystérieux qu'est la mort.

Par Josée Masson, Travailleuse sociale et fondatrice de Deuil-Jeunesse

Il est clair que l'enfant aura un long chemin à parcourir avant d'y arriver. Mais ce long processus n'est pas signe de détresse continue. Au contraire, l'enfant fera l'expérimentation de ses forces et saura le démontrer. 

À chacun son deuil
Plus l'enfant est jeune au moment de la perte, plus il risque de traverser les étapes nécessaires à son processus de deuil; étapes déterminées par son développement cognitif. Ne comprenant pas la mort, le bébé sent l'absence, le stress. Le jeune enfant s'ennuie, se sent abandonné. Vers 9 ou 10 ans, l'enfant se questionne énormément et finit par se rendre compte que la personne aimée ne reviendra plus. Le préadolescent réalise les impacts de cette perte dans sa vie, tout en oscillant entre le monde des petits et celui des grands. L'adolescent, pour sa part, vit son deuil à travers toute la gamme des émotions qui caractérisent cette étape de son développement. Donc, selon son âge, l'enfant va évoluer et aura différentes réactions reliées au deuil.

Dans les moments qui semblent plus difficiles, il a surtout besoin d'information, de soutien et de présence.

Plus de capsules audio

Sondage

Librairie

L'adolescence autrement

Auteur : Catherine Dumonteil-Kremer

L'adolescence autrement

Toute la librairie