En kiosque

ENTRE NOUS ET
LE BONHEUR...

Il n'y a que des peurs

SANTÉ

Qu'est-ce qui
ME convient?

VIVRE À GENOUX

OU DEBOUT?

OBJECTIF?
Le Sens...

Nouvelles

Accueil > Accueil > ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

Une contraction à la fois

J'ai eu la chance, l'été dernier, d'accompagner ma fille durant les derniers mois la séparant de son accouchement. Chaque semaine qui tirait sa révérence la rapprochait toujours un peu plus du couronnement ultime qui la consacrerait mère pour la vie!

Résister ou accompagner?
Quand nous abordions l'épineuse question des contractions, la sentant fragile dans ses interrogations, je ne savais trop comment lui raconter mes expériences passées. Comment lui dire que mon corps s'était déchaîné telle une mer en furie pour lui donner la vie, que j'ai pensé que j'allais y rester, que mon cur allait exploser, que les contractions allaient me broyer, que jamais je n'y survivrais et que, sitôt le bébé sur mon ventre placé, j'étais prête à recommencer. Fallait-il que la mort et la vie soient si proches amies?

Comme je ne voulais pas l'effrayer, je lui disais : « Catherine, accoucher c'est une contraction à la fois ; entre deux contractions tu respires, et quand la prochaine se fait sentir, rien ne sert de lui résister, il faut l'accompagner, suivre son mouvement, comme une vague voulant te déposer sur les rives de la maternité. » Et c'est ainsi que, de contraction en contraction, Frédérick est entré tête première dans son incarnation, l'intensité de cette expérience marquant à jamais le reste de son existence.

 

Un tout inclus pas de tout repos
Entre vous et moi, la Vie a trouvé une bien drôle de manière de s'incarner. Elle aurait pu inventer une méthode plus douce pour voyager; un « tout inclus » du genre environnement douillet, traversée confortable, atterrissage en douceur. Mais non, elle a plutôt choisi la formule logé, nourri et expulsé sans préavis. Dur combat à livrer pour se mériter le droit de dire « Je Suis! »

Et sitôt notre « Je suis » conquis, on le remet entre les mains de ceux qui nous ont donné la vie, pour ensuite le céder à ceux qui vont nous scolariser, pour finalement le reléguer aux élucubrations d'une société qui voudra le modeler pour mieux l'utiliser. Comme une poupée russe, les différentes personnalités que nous allons développer vont se superposer les unes par dessus les autres, emprisonnant toujours un peu plus notre « Je Suis », le confinant au fil des ans dans un espace tellement réduit, que la contraction sera l'ultime forme d'expression capable de le libérer de sa prison. 

Quand la vie bascule
C'est alors que la Vie va se contracter, nous expulsant sans préavis d'une existence aux effluves de survie. Divorce, perte d'emploi, rupture amoureuse, conflit familial ou santé menacée seront autant de formes d'expressions de notre gestation. Les murs que nous avions érigés vont se mettre à trembler, les structures s'effondrer, le plancher sous nos pieds se dérober, ne nous laissant plus rien à quoi nous accrocher. De contraction en contraction nous allons plonger tête première dans nos contradictions pour nous libérer de toutes les faussetés que nous avions pris pour vérités.

Ce n'est qu'une fois la tempête apaisée que nous pourrons pleinement apprécier le travail accompli par ce tsunami, comprenant que les vagues où nous nous croyions engloutis, ne voulaient en réalité que nous ramener sur les rives de notre « Je Suis ».

Une vie pour se mettre au monde
Mais l'humain étant ce qu'il est, il se peut qu'il ait besoin de plus d'une naissance pour accéder à sa pleine délivrance et enfin dire « Je Suis ». C'est donc au fil des expériences vécues dans la conscience qu'il pourra apprendre à accoucher non plus dans la douleur, mais dans la douceur.

Et quand il sentira la vague du changement s'approcher des côtes de son existence, sachant qu'elle vient le délivrer des fausses croyances dont il doit se libérer, il choisira de l'accompagner et non plus de lui résister. Il aura compris que de passer de qui j'étais à qui  « Je Suis », c'est l'histoire d'une vie.

Ainsi va la Vie
Aujourd'hui, je sais Accoucher de soi, c'est une contraction à la fois.

 

Lucie Douville, éditrice

Plus de nouvelles

«  L'amour transforme les impasses en autoroutes. »

Louis Gittner

Événements

 

  • Vidéothèque
  • Audiothèque

Accueil > Accueil > ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

Une contraction à la fois

J'ai eu la chance, l'été dernier, d'accompagner ma fille durant les derniers mois la séparant de son accouchement. Chaque semaine qui tirait sa révérence la rapprochait toujours un peu plus du couronnement ultime qui la consacrerait mère pour la vie!

Résister ou accompagner?
Quand nous abordions l'épineuse question des contractions, la sentant fragile dans ses interrogations, je ne savais trop comment lui raconter mes expériences passées. Comment lui dire que mon corps s'était déchaîné telle une mer en furie pour lui donner la vie, que j'ai pensé que j'allais y rester, que mon cur allait exploser, que les contractions allaient me broyer, que jamais je n'y survivrais et que, sitôt le bébé sur mon ventre placé, j'étais prête à recommencer. Fallait-il que la mort et la vie soient si proches amies?

Comme je ne voulais pas l'effrayer, je lui disais : « Catherine, accoucher c'est une contraction à la fois ; entre deux contractions tu respires, et quand la prochaine se fait sentir, rien ne sert de lui résister, il faut l'accompagner, suivre son mouvement, comme une vague voulant te déposer sur les rives de la maternité. » Et c'est ainsi que, de contraction en contraction, Frédérick est entré tête première dans son incarnation, l'intensité de cette expérience marquant à jamais le reste de son existence.

 

Un tout inclus pas de tout repos
Entre vous et moi, la Vie a trouvé une bien drôle de manière de s'incarner. Elle aurait pu inventer une méthode plus douce pour voyager; un « tout inclus » du genre environnement douillet, traversée confortable, atterrissage en douceur. Mais non, elle a plutôt choisi la formule logé, nourri et expulsé sans préavis. Dur combat à livrer pour se mériter le droit de dire « Je Suis! »

Et sitôt notre « Je suis » conquis, on le remet entre les mains de ceux qui nous ont donné la vie, pour ensuite le céder à ceux qui vont nous scolariser, pour finalement le reléguer aux élucubrations d'une société qui voudra le modeler pour mieux l'utiliser. Comme une poupée russe, les différentes personnalités que nous allons développer vont se superposer les unes par dessus les autres, emprisonnant toujours un peu plus notre « Je Suis », le confinant au fil des ans dans un espace tellement réduit, que la contraction sera l'ultime forme d'expression capable de le libérer de sa prison. 

Quand la vie bascule
C'est alors que la Vie va se contracter, nous expulsant sans préavis d'une existence aux effluves de survie. Divorce, perte d'emploi, rupture amoureuse, conflit familial ou santé menacée seront autant de formes d'expressions de notre gestation. Les murs que nous avions érigés vont se mettre à trembler, les structures s'effondrer, le plancher sous nos pieds se dérober, ne nous laissant plus rien à quoi nous accrocher. De contraction en contraction nous allons plonger tête première dans nos contradictions pour nous libérer de toutes les faussetés que nous avions pris pour vérités.

Ce n'est qu'une fois la tempête apaisée que nous pourrons pleinement apprécier le travail accompli par ce tsunami, comprenant que les vagues où nous nous croyions engloutis, ne voulaient en réalité que nous ramener sur les rives de notre « Je Suis ».

Une vie pour se mettre au monde
Mais l'humain étant ce qu'il est, il se peut qu'il ait besoin de plus d'une naissance pour accéder à sa pleine délivrance et enfin dire « Je Suis ». C'est donc au fil des expériences vécues dans la conscience qu'il pourra apprendre à accoucher non plus dans la douleur, mais dans la douceur.

Et quand il sentira la vague du changement s'approcher des côtes de son existence, sachant qu'elle vient le délivrer des fausses croyances dont il doit se libérer, il choisira de l'accompagner et non plus de lui résister. Il aura compris que de passer de qui j'étais à qui  « Je Suis », c'est l'histoire d'une vie.

Ainsi va la Vie
Aujourd'hui, je sais Accoucher de soi, c'est une contraction à la fois.

 

Lucie Douville, éditrice

Plus de capsules vidéo

Accueil > Accueil > ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

ÉDITORIAL : Une contraction à la fois...

Une contraction à la fois

J'ai eu la chance, l'été dernier, d'accompagner ma fille durant les derniers mois la séparant de son accouchement. Chaque semaine qui tirait sa révérence la rapprochait toujours un peu plus du couronnement ultime qui la consacrerait mère pour la vie!

Résister ou accompagner?
Quand nous abordions l'épineuse question des contractions, la sentant fragile dans ses interrogations, je ne savais trop comment lui raconter mes expériences passées. Comment lui dire que mon corps s'était déchaîné telle une mer en furie pour lui donner la vie, que j'ai pensé que j'allais y rester, que mon cur allait exploser, que les contractions allaient me broyer, que jamais je n'y survivrais et que, sitôt le bébé sur mon ventre placé, j'étais prête à recommencer. Fallait-il que la mort et la vie soient si proches amies?

Comme je ne voulais pas l'effrayer, je lui disais : « Catherine, accoucher c'est une contraction à la fois ; entre deux contractions tu respires, et quand la prochaine se fait sentir, rien ne sert de lui résister, il faut l'accompagner, suivre son mouvement, comme une vague voulant te déposer sur les rives de la maternité. » Et c'est ainsi que, de contraction en contraction, Frédérick est entré tête première dans son incarnation, l'intensité de cette expérience marquant à jamais le reste de son existence.

 

Un tout inclus pas de tout repos
Entre vous et moi, la Vie a trouvé une bien drôle de manière de s'incarner. Elle aurait pu inventer une méthode plus douce pour voyager; un « tout inclus » du genre environnement douillet, traversée confortable, atterrissage en douceur. Mais non, elle a plutôt choisi la formule logé, nourri et expulsé sans préavis. Dur combat à livrer pour se mériter le droit de dire « Je Suis! »

Et sitôt notre « Je suis » conquis, on le remet entre les mains de ceux qui nous ont donné la vie, pour ensuite le céder à ceux qui vont nous scolariser, pour finalement le reléguer aux élucubrations d'une société qui voudra le modeler pour mieux l'utiliser. Comme une poupée russe, les différentes personnalités que nous allons développer vont se superposer les unes par dessus les autres, emprisonnant toujours un peu plus notre « Je Suis », le confinant au fil des ans dans un espace tellement réduit, que la contraction sera l'ultime forme d'expression capable de le libérer de sa prison. 

Quand la vie bascule
C'est alors que la Vie va se contracter, nous expulsant sans préavis d'une existence aux effluves de survie. Divorce, perte d'emploi, rupture amoureuse, conflit familial ou santé menacée seront autant de formes d'expressions de notre gestation. Les murs que nous avions érigés vont se mettre à trembler, les structures s'effondrer, le plancher sous nos pieds se dérober, ne nous laissant plus rien à quoi nous accrocher. De contraction en contraction nous allons plonger tête première dans nos contradictions pour nous libérer de toutes les faussetés que nous avions pris pour vérités.

Ce n'est qu'une fois la tempête apaisée que nous pourrons pleinement apprécier le travail accompli par ce tsunami, comprenant que les vagues où nous nous croyions engloutis, ne voulaient en réalité que nous ramener sur les rives de notre « Je Suis ».

Une vie pour se mettre au monde
Mais l'humain étant ce qu'il est, il se peut qu'il ait besoin de plus d'une naissance pour accéder à sa pleine délivrance et enfin dire « Je Suis ». C'est donc au fil des expériences vécues dans la conscience qu'il pourra apprendre à accoucher non plus dans la douleur, mais dans la douceur.

Et quand il sentira la vague du changement s'approcher des côtes de son existence, sachant qu'elle vient le délivrer des fausses croyances dont il doit se libérer, il choisira de l'accompagner et non plus de lui résister. Il aura compris que de passer de qui j'étais à qui  « Je Suis », c'est l'histoire d'une vie.

Ainsi va la Vie
Aujourd'hui, je sais Accoucher de soi, c'est une contraction à la fois.

 

Lucie Douville, éditrice

Plus de capsules audio

Sondage

Librairie

Un coeur en paix

Auteur : Anselm Grün

Un coeur en paix

Toute la librairie