En kiosque

ENTRE NOUS ET
LE BONHEUR...

Il n'y a que des peurs

SANTÉ

Qu'est-ce qui
ME convient?

VIVRE À GENOUX

OU DEBOUT?

OBJECTIF?
Le Sens...

Nouvelles

Accueil > Accueil > Et si la mort rendait plus vivant?

Et si la mort rendait plus vivant?

Et si la mort rendait plus vivant?

DOSSIER

Entrevue avec Jean-Jacques Charbonier

Visiter les frontières de la mort rendrait-il plus vivant?     


L'existence de la vie après la mort a toujours soulevé de grands questionnements depuis la nuit des temps. Est-ce qu'une partie de nous survit après la mort du corps physique? Voilà un mystère qui semblait insoluble il y a à peine quelques années de cela, mais qui commence aujourd'hui à trouver des réponses fort intéressantes.

Par Sylvie Ouellet, Auteure, conférencière et formatrice


La science se penche de plus en plus sur cette question, entre autres par les recherches faites sur les expériences de mort imminente (EMI). L'un des fervents défenseurs de la thèse de la survie de la conscience après la mort du corps physique est le Dr Jean-Jacques Charbonier, auteur de plusieurs livres, dont Les 7 bonnes raisons de croire à l'au-delà et Les 3 clés pour vaincre les pires épreuves de la vie.

Dr Charbonier, vous êtes aujourd'hui médecin, anesthésiste-réanimateur. Vous vous destiniez pourtant à une carrière de médecin généraliste. Qu'est-ce qui vous a conduit vers cette spécialisation?
Le rôle du médecin généraliste m'apparaissait être la meilleure façon d'être en contact avec les gens. En allant les retrouver dans leur habitation, je pouvais prendre en compte tous leurs problèmes familiaux. J'ai vécu une expérience durant une garde d'aide médicale en urgence qui m'a complètement bouleversé. Ce jour-là, sur les lieux d'un accident, il m'a fallu entrer dans la carcasse déformée d'une voiture par un trou qu'on avait découpé sur le toit. Je devais perfuser le jeune homme avant de pouvoir le sortir de la voiture. Du fait de mon inexpérience et de mon émotion, je n'y suis pas parvenu. C'était la première fois que je voyais mourir quelqu'un sous mes yeux en me sentant responsable de sa mort.

J'ai vu sa pupille se dilater et j'ai senti une étincelle de vie qui s'échappait de son regard. Ici, les mots me manquent pour traduire mon ressenti. Dans ma chair, au plus profond de moi, j'ai senti qu'une « présence » quittait son corps par le haut de son crâne. Cette présence était vivante, joyeuse. Ça peut paraître bizarre de dire que c'était vivant et joyeux, mais c'était pourtant ça. J'ai alors compris que nous sommes un esprit habitant un corps jusqu'au moment de la mort et que, lorsque la mort survient, cet esprit se libère. Je me suis souvenu du livre qu'avait écrit Raymond Moody, La vie après la vie, et j'ai su que je devais faire des recherches sur ce phénomène. En pratiquant la réanimation, je comprendrais mieux ce que vivent les gens dans le coma. J'ai donc choisi de devenir anesthésiste-réanimateur.
Selon vous, le moment de notre mort fait-il partie de notre plan de vie ou est-il aléatoire?
Je crois que le moment de notre mort fait partie d'un plan de vie bien établi pour chacun de nous. Nous avons aujourd'hui accès à des outils de réanimation de plus en plus puissants pour faire reculer l'échéance. Mais ce recul fait aussi partie du plan de vie de la personne. Pourquoi une personne va-t-elle vivre avec un rein greffé et mourir ensuite au bout de dix ans? Parce que ça faisait partie de son plan de vie, compte tenu de l'évolution de la technologie actuelle. Je crois que mon travail fait aussi partie du plan de vie de la personne, comme tous les soignants et les médecins.

Plus de nouvelles

«  Connaître les autres, c'est sagesse.  Se connaître soi-même, c'est sagesse supérieure. »

Inconnu

Événements

 

  • Vidéothèque
  • Audiothèque

Accueil > Accueil > Et si la mort rendait plus vivant?

Et si la mort rendait plus vivant?

Et si la mort rendait plus vivant?

DOSSIER

Entrevue avec Jean-Jacques Charbonier

Visiter les frontières de la mort rendrait-il plus vivant?     


L'existence de la vie après la mort a toujours soulevé de grands questionnements depuis la nuit des temps. Est-ce qu'une partie de nous survit après la mort du corps physique? Voilà un mystère qui semblait insoluble il y a à peine quelques années de cela, mais qui commence aujourd'hui à trouver des réponses fort intéressantes.

Par Sylvie Ouellet, Auteure, conférencière et formatrice


La science se penche de plus en plus sur cette question, entre autres par les recherches faites sur les expériences de mort imminente (EMI). L'un des fervents défenseurs de la thèse de la survie de la conscience après la mort du corps physique est le Dr Jean-Jacques Charbonier, auteur de plusieurs livres, dont Les 7 bonnes raisons de croire à l'au-delà et Les 3 clés pour vaincre les pires épreuves de la vie.

Dr Charbonier, vous êtes aujourd'hui médecin, anesthésiste-réanimateur. Vous vous destiniez pourtant à une carrière de médecin généraliste. Qu'est-ce qui vous a conduit vers cette spécialisation?
Le rôle du médecin généraliste m'apparaissait être la meilleure façon d'être en contact avec les gens. En allant les retrouver dans leur habitation, je pouvais prendre en compte tous leurs problèmes familiaux. J'ai vécu une expérience durant une garde d'aide médicale en urgence qui m'a complètement bouleversé. Ce jour-là, sur les lieux d'un accident, il m'a fallu entrer dans la carcasse déformée d'une voiture par un trou qu'on avait découpé sur le toit. Je devais perfuser le jeune homme avant de pouvoir le sortir de la voiture. Du fait de mon inexpérience et de mon émotion, je n'y suis pas parvenu. C'était la première fois que je voyais mourir quelqu'un sous mes yeux en me sentant responsable de sa mort.

J'ai vu sa pupille se dilater et j'ai senti une étincelle de vie qui s'échappait de son regard. Ici, les mots me manquent pour traduire mon ressenti. Dans ma chair, au plus profond de moi, j'ai senti qu'une « présence » quittait son corps par le haut de son crâne. Cette présence était vivante, joyeuse. Ça peut paraître bizarre de dire que c'était vivant et joyeux, mais c'était pourtant ça. J'ai alors compris que nous sommes un esprit habitant un corps jusqu'au moment de la mort et que, lorsque la mort survient, cet esprit se libère. Je me suis souvenu du livre qu'avait écrit Raymond Moody, La vie après la vie, et j'ai su que je devais faire des recherches sur ce phénomène. En pratiquant la réanimation, je comprendrais mieux ce que vivent les gens dans le coma. J'ai donc choisi de devenir anesthésiste-réanimateur.
Selon vous, le moment de notre mort fait-il partie de notre plan de vie ou est-il aléatoire?
Je crois que le moment de notre mort fait partie d'un plan de vie bien établi pour chacun de nous. Nous avons aujourd'hui accès à des outils de réanimation de plus en plus puissants pour faire reculer l'échéance. Mais ce recul fait aussi partie du plan de vie de la personne. Pourquoi une personne va-t-elle vivre avec un rein greffé et mourir ensuite au bout de dix ans? Parce que ça faisait partie de son plan de vie, compte tenu de l'évolution de la technologie actuelle. Je crois que mon travail fait aussi partie du plan de vie de la personne, comme tous les soignants et les médecins.

Plus de capsules vidéo

Accueil > Accueil > Et si la mort rendait plus vivant?

Et si la mort rendait plus vivant?

Et si la mort rendait plus vivant?

DOSSIER

Entrevue avec Jean-Jacques Charbonier

Visiter les frontières de la mort rendrait-il plus vivant?     


L'existence de la vie après la mort a toujours soulevé de grands questionnements depuis la nuit des temps. Est-ce qu'une partie de nous survit après la mort du corps physique? Voilà un mystère qui semblait insoluble il y a à peine quelques années de cela, mais qui commence aujourd'hui à trouver des réponses fort intéressantes.

Par Sylvie Ouellet, Auteure, conférencière et formatrice


La science se penche de plus en plus sur cette question, entre autres par les recherches faites sur les expériences de mort imminente (EMI). L'un des fervents défenseurs de la thèse de la survie de la conscience après la mort du corps physique est le Dr Jean-Jacques Charbonier, auteur de plusieurs livres, dont Les 7 bonnes raisons de croire à l'au-delà et Les 3 clés pour vaincre les pires épreuves de la vie.

Dr Charbonier, vous êtes aujourd'hui médecin, anesthésiste-réanimateur. Vous vous destiniez pourtant à une carrière de médecin généraliste. Qu'est-ce qui vous a conduit vers cette spécialisation?
Le rôle du médecin généraliste m'apparaissait être la meilleure façon d'être en contact avec les gens. En allant les retrouver dans leur habitation, je pouvais prendre en compte tous leurs problèmes familiaux. J'ai vécu une expérience durant une garde d'aide médicale en urgence qui m'a complètement bouleversé. Ce jour-là, sur les lieux d'un accident, il m'a fallu entrer dans la carcasse déformée d'une voiture par un trou qu'on avait découpé sur le toit. Je devais perfuser le jeune homme avant de pouvoir le sortir de la voiture. Du fait de mon inexpérience et de mon émotion, je n'y suis pas parvenu. C'était la première fois que je voyais mourir quelqu'un sous mes yeux en me sentant responsable de sa mort.

J'ai vu sa pupille se dilater et j'ai senti une étincelle de vie qui s'échappait de son regard. Ici, les mots me manquent pour traduire mon ressenti. Dans ma chair, au plus profond de moi, j'ai senti qu'une « présence » quittait son corps par le haut de son crâne. Cette présence était vivante, joyeuse. Ça peut paraître bizarre de dire que c'était vivant et joyeux, mais c'était pourtant ça. J'ai alors compris que nous sommes un esprit habitant un corps jusqu'au moment de la mort et que, lorsque la mort survient, cet esprit se libère. Je me suis souvenu du livre qu'avait écrit Raymond Moody, La vie après la vie, et j'ai su que je devais faire des recherches sur ce phénomène. En pratiquant la réanimation, je comprendrais mieux ce que vivent les gens dans le coma. J'ai donc choisi de devenir anesthésiste-réanimateur.
Selon vous, le moment de notre mort fait-il partie de notre plan de vie ou est-il aléatoire?
Je crois que le moment de notre mort fait partie d'un plan de vie bien établi pour chacun de nous. Nous avons aujourd'hui accès à des outils de réanimation de plus en plus puissants pour faire reculer l'échéance. Mais ce recul fait aussi partie du plan de vie de la personne. Pourquoi une personne va-t-elle vivre avec un rein greffé et mourir ensuite au bout de dix ans? Parce que ça faisait partie de son plan de vie, compte tenu de l'évolution de la technologie actuelle. Je crois que mon travail fait aussi partie du plan de vie de la personne, comme tous les soignants et les médecins.

Plus de capsules audio

Sondage

Librairie

Le labyrinthe de la féminité

Auteur : Monique Brillon

Le labyrinthe de la féminité

Toute la librairie